Birmanie : un troisième journaliste tué par la junte en moins d’un mois

Pu Tuidim, fondateur d’un groupe de presse basé dans l’ouest de la Birmanie, a été enlevé par des militaires, avant d’être sèchement abattu. Reporters sans frontières (RSF) condamne avec la plus grande fermeté le meurtre barbare de ce journaliste, qui tentait d’informer ses concitoyens sur les affrontements qui opposent la junte aux rebelles armés.

C’est le troisième journaliste birman tué en à peine trois semaines. Le corps sans vie de Pu Tuidim a été retrouvé dans la matinée du dimanche 9 janvier à Matupi, un canton situé dans les zones montagneuses de l’ouest de la Birmanie. Deux jours plus tôt, alors qu’il couvrait des échauffourées entre la rébellion armée locale et les forces de la junte, il avait été enlevé par des militaires en compagnie de neuf autres civils. Utilisé comme bouclier humain, il a finalement été abattu par ces mêmes soldats de la Tatmadaw, l’armée birmane.

Pu Tuidim était le fondateur de l’agence de presse Khonumthung Media Group, du nom de la plus haute montagne de l’Etat Chin – une zone escarpée sur le frontière indo-birmane, où le média est basé. De façon tragique, le portail web de l’agence venait justement de publier un article sur la pratique du recours à des civils comme boucliers humains par les militaires. 

Lire la suite

Laisser un commentaire

You May Also Like

Coup d’État en Birmanie : “En dix jours, la liberté de la presse a régressé de dix ans” (RSF)

Selon RSF, la Birmanie se retrouve brutalement là où elle se trouvait il y a dix ans, avant que la dissolution de la junte précédente, en février 2011, eût permis l’éclosion d’une presse libre.

La Thaïlande instrumentalise la crise du Covid-19 pour restreindre la liberté d’informer

Cinq ans d’emprisonnement… C’est la peine pour le moins dissuasive que risque désormais tout journaliste ou tout média thaïlandais qui s’aventurerait à publier une information relative au Covid-19 que le gouvernement jugerait “fausse ou pouvant générer la peur au sein du public”

Suicide du correspondant Arnaud Dubus, symptôme d’une profession à l’agonie

Rien ne saurait expliquer la douleur d’Arnaud et son geste, mais il serait lâche de feindre d’ignorer combien la précarité de la dernière décennie de sa carrière a contribué à son mal-être

« Ces cons de journalistes »

« Mon métier meurt et je veux bien mourir avec. Mais pas comme un con ». C’est ainsi que commence l’ouvrage du journaliste Olivier Goujon