Informer est devenu un métier à haut risque

Selon le rapport de l’organisation non gouvernementale, Reporters sans frontières, près de 400 journalistes sont aujourd’hui en prison pour avoir exercé leur métier.

ITV. Vincent Defourny. Crédit audio:Alexandre Carette / ONU Info Genève. Durée audio:12’12 »

La profession de journaliste est aussi touchée par une défiance généralisée avec l’explosion des fausses informations qui inondent les réseaux sociaux et qui rend encore plus difficile la diffusion d’informations vérifiées.

La semaine passée s’est déroulée la Conférence de La Haye sur la liberté de la presse, organisée conjointement par les Pays-Bas et l’UNESCO, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture. Le thème était un « journalisme sans peur, ni faveur ».

Vincent Defourny, le Directeur du bureau de Genève de l’UNESCO revient sur les défis liés à la désinformation et au métier de journaliste.

Laisser un commentaire