Reporters sans frontières (RSF) condamne avec la plus grande fermeté un décret récemment adopté par le gouvernement thaïlandais qui, au motif de vouloir réguler les informations relatives au coronavirus, lui octroie le droit de décider de ce qui est vrai et ce qui est faux.

L’organisation rappelle l’importance de respecter la liberté de l’information dans cette période cruciale.

Cinq ans d’emprisonnement… C’est la peine pour le moins dissuasive que risque désormais tout journaliste ou tout média thaïlandais qui s’aventurerait à publier une information relative au Covid-19 que le gouvernement jugerait “fausse ou pouvant générer la peur au sein du public”. Cette mesure, qui n’a été accompagnée d’aucune définition de ce que les autorités entendent par “information fausse”, a été adoptée par décret dans le cadre de l’instauration, jeudi 26 mars, de l’état d’urgence dans le pays.

Avec ce texte, le pouvoir exécutif est habilité à exiger des organes de presse qu’ils “corrigent” toute information jugée non-conforme, faute de quoi ils seront poursuivis au titre de la loi sur les crimes informatiques, dont RSF avait condamné la sévérité par le passé. Le décret punit également “la déformation délibérée d’informations provoquant des malentendus et affectant la paix et l’ordre ou la morale publique”.

Source : rsf.org

Laisser un commentaire

You May Also Like

Le gouvernement cambodgien censure trois portails d’information en ligne

Les trois sites Internet sont accusés par le ministère de l’Information d’avoir…

Guerre en Ukraine : RSF dénonce la reprise de la propagande russe par les médias d'État chinois

Reporters sans frontières (RSF) dénonce la reprise de la propagande russe par…

Médias sociaux contre “fake news”: le nouveau champ de bataille médiatique en Asie

La prédominance du discours de haine (hate speech) et des positions extrémistes sur les plateformes de médias sociaux telles que Facebook ajoute une dimension supplémentaire au paysage médiatique en Asie du Sud-Est.

Nouvelles conditions pour l’obtention du visa de presse

La directive s’applique aux membres des médias dont la demande de visa de non-immigrant de catégorie «M» ou de visa officiel de catégorie «F» est soumise au ministère des Affaires étrangères à partir du 8 février 2021.