La justice demeure insaisissable six mois après l’assassinat du journaliste pakistanais Arshad Sharif au Kenya le 23 octobre 2022. Les autorités kényanes ont déclaré que Sharif avait été abattu par la police kényane dans un incident qui a choqué la communauté médiatique pakistanaise et soulevé des questions sur le lien entre sa mort et son travail.

“C’était un assassinat ciblé”, a déclaré sa femme Javeria Siddique, journaliste et photographe indépendante, à CPJ via un appel vidéo avant la date anniversaire de la mort de Sharif. Les autorités de la police nationale kényane ont déclaré que Sharif, présentateur d’ARY News au Pakistan, avait été abattu par un policier après que le conducteur de sa voiture n’ait pas obtempéré à un barrage routier installé à l’extérieur de la capitale de Nairobi lors de la recherche d’un véhicule volé par les autorités.

Siddique a parlé à CPJ du manque de justice pour son mari et de ses espoirs quant à l’aide de la communauté internationale. En décembre 2022, la Cour suprême du Pakistan a pris connaissance de l’affaire et a ordonné une enquête gouvernementale sur la mort de Sharif. Dans un rapport de décembre, une équipe d’enquête du gouvernement pakistanais a constaté que la représentation faite par la police kényane de l’assassinat comme une affaire d’erreur d’identification était “pleine de contradictions” et que l’implication de “personnages au Kenya, à Dubaï et au Pakistan dans cet assassinat ne peut être exclue”.

L’équipe a également noté qu’un rapport post-mortem du Pakistan avait documenté de nombreuses blessures sur le corps de Sharif, notamment quatre ongles manquants, des blessures à la main et une côte cassée, mais que l’enquête avait conclu qu’il n’y avait “aucune preuve concrète” pour établir que Sharif avait été torturé avant sa mort.

Source link

Laisser un commentaire

You May Also Like

Bangladesh : la détention d’un journaliste du principal quotidien du pays, signe de l’arbitraire grandissant du gouvernement contre les voix critiques

Shamsuzzaman Shams, rédacteur pour le principal quotidien du pays, est actuellement maintenu…

RSF appelle à la libération urgente de deux journalistes vietnamiens détenus dans des conditions épouvantables

Reporters sans frontières (RSF) s’alarme des mauvais traitements subis en détention par …

Au Bangladesh, le gouvernement prend en otage les familles des journalistes exilés

À quelques jours d’intervalle, les frères de deux journalistes critiques du gouvernement…