La journaliste vietnamienne Pham Doan Trang, prix RSF 2019, condamnée à neuf ans de prison

L’audience a été expédiée en quelques heures. La journaliste Pham Doan Trang, lauréate du prix RSF 2019,  a été condamnée aujourd’hui, mardi 14 décembre, à neuf ans de prison par le tribunal populaire de Hanoi pour “propagande contre l’Etat”, au motif de l’article 117 du code pénal.

Le verdict de la cour est allé au-delà des réquisitions du parquet, qui avait demandé sept à huit ans de prison. Dans ses attendus, le juge Chu Phuong Ngoc a soutenu que “le comportement [de la journaliste] était dangereux pour la société”, avec l’intention de “violer le régime socialiste”.

“Les arguments pathétiques mis en avant par le tribunal de Hanoi pour justifier son verdict ne trompent personne, estime le responsable du bureau Asie-Pacifique de RSF, Daniel Bastard. Nous  avons affaire à une justice politique, aux ordres du parti au pouvoir, dont le seul but est de punir une journaliste qui a  simplement tenté d’informer ses concitoyens. Nous appelons la communauté internationale à imposer des sanctions ciblées aux dignitaires vietnamiens responsables du sort inacceptable qui frappe Pham Doan Trang, afin d’obtenir sa libération immédiate.”

Mobilisation internationale

Arrêtée à son domicile d’Hô Chi Minh-Ville dans la nuit du 6 au 7 octobre 2020, la journaliste avait ensuite été placée en détention au secret pendant plus d’un an, jusqu’au 19 octobre dernier, après plus d’un an de détention provisoire. Son procès, initialement prévu le 4 novembre, avait été repoussé à la dernière minute, quelques jours après la publication, le 25 octobre, d’une déclaration commune de huit experts de l’ONU appelant à sa libération.

En amont de cet appel, RSF a lancé, dès l’annonce de l’arrestation de Pham Doan Trang, une campagne internationale en sa faveur. A ce titre, l’organisation avait recueilli les témoignages vidéos de plusieurs journalistes et blogueurs vietnamiens en exil, qui ont témoigné de leur solidarité.

Une autre vidéo, publiée en avril dernier, avait également permis de mobiliser la communauté des lauréats du prix RSF de la liberté de la presse. De la Pologne aux Philippines, et de l’Inde à la Turquie, leur témoignage avait permis de sensibiliser le monde au sort de leur consoeur Pham Doan Trang, et des journalistes vietnamiens en général.

D’après le baromètre mise à jour en permanence par RSF, le Vietnam compte actuellement un nombre record de 43 journalistes et blogueurs actuellement maintenus en détention.

Le pays se situe à la se situe à la 175e position sur 180 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2021.

Source

Laisser un commentaire

You May Also Like

Trois journalistes indépendants arrêtés au Vietnam

Selon RSF, les trois journalistes avaient récemment dénoncé les malversations de deux cadres du parti au pouvoir: ils ont été arrêtés pour avoir “abusé de leurs libertés démocratiques”.

Hausse de 20% du nombre de journalistes en détention arbitraire en 2021 : 488 aujourd’hui, dont 60 femmes

La Chine, qui demeure pour la cinquième année consécutive la plus grande prison du monde, est aussi le pays où sont détenues le plus grand nombre de femmes (19) dont la lauréate du prix RSF 2021 Zhang Zhan, dans un état de santé critique

Vietnam : Lê Trong Hung, fondateur d’une chaîne d’information indépendante en ligne, condamné à cinq ans de prison

Le journaliste, qui couvrait notamment des affaires de corruption ou d’expropriations illégales,…

Vietnam : deux journalistes de la presse officielle condamnés pour avoir révélé des faits de corruption

La justice vietnamienne a condamné le 5 avril dernier le journaliste Nguyen…