မြန်မာသတင်းထောက် မှုးရတနာကို ထောင် ဆယ်နှစ် ချမှတ် - RSF က ကုလသမဂ္ဂကို တောင်းဆိုလိုက်ပါတယ်။

La journaliste Hmu Yadanar a été arrêtée lors d’une manifestation à Rangoun, Birmanie, et condamnée à dix ans de prison. RSF demande des sanctions internationales contre les généraux birmans.


Reportrice vidéo, Hmu Yadanar a été arrêtée alors qu’elle couvrait une manifestation spontanée à Rangoun, la principale ville du Birmanie. Face à l’ampleur de l’arbitraire qui entoure sa condamnation à dix ans de réclusion, prononcée le 26 mai, Reporters sans frontières (RSF) appelle le rapporteur spécial de l’ONU à s’emparer de ce cas pour imposer un nouveau régime de sanctions contre les généraux birmans.

Hmu Yadanar a été condamnée une première fois, en décembre dernier, à trois ans de prison pour “incitation” à la rébellion, selon l’article 505 (a) du Code pénal. Selon son avocat, elle a décidé de ne pas faire appel de cette nouvelle condamnation pour ne pas voir sa peine alourdie.

La journaliste fait partie des 70 acteurs de l’information actuellement détenus dans les prisons birmanes, selon le baromètre des exactions contre la liberté de la presse mis à jour par RSF.

Lire la suite : Dix ans de prison pour la journaliste birmane Hmu Yadanar : RSF interpelle les Nations unies

Laisser un commentaire

You May Also Like

Le journaliste japonais Toru Kubota, libéré par la junte birmane, raconte sa détention

Parmi les 6 000 prisonniers amnistiés le 17 novembre par la junte militaire birmane se trouvait le…

Coup d’État en Birmanie : “En dix jours, la liberté de la presse a régressé de dix ans” (RSF)

Selon RSF, la Birmanie se retrouve brutalement là où elle se trouvait il y a dix ans, avant que la dissolution de la junte précédente, en février 2011, eût permis l’éclosion d’une presse libre.

La junte birmane condamne un photojournaliste à une peine record de 20 ans de prison

RSF appelle à la libération du photojournaliste birman Sai Zaw Thaike, condamné…

Birmanie : au moins dix journalistes maintenus en détention

Alors que les journalistes qui étaient interpellés pendant les manifestations étaient jusqu’à présent rapidement relâchés, la situation a radicalement changé ces trois derniers jours.