En Birmanie, la junte militaire prend le contrôle du régulateur de l’audiovisuel pour parachever son emprise sur les médias

La junte militaire birmane a pris le contrôle du Conseil de radiodiffusion pour renforcer son emprise sur les médias. Reporters sans frontières dénonce cette manœuvre et demande une pression internationale pour libérer les journalistes détenus.


La junte militaire birmane a récemment pris le contrôle du Conseil de radiodiffusion (Broadcasting Council), l’autorité de régulation de l’audiovisuel. Reporters sans frontières (RSF) dénonce une nouvelle manœuvre du régime pour renforcer son emprise sur les médias.

Jeudi 16 novembre, 2023, la junte militaire birmane a amendé la loi, sans aucun débat, pour prendre le contrôle du Conseil de radiodiffusion (Broadcasting Council), l’autorité chargée de superviser les médias télévisés et radiodiffusés. Le texte modifié prévoit désormais que les cadres de la junte sont automatiquement membres de son conseil d’administration.

“En mettant la main sur le Conseil de radiodiffusion, le régime militaire élimine l’un des derniers obstacles à son emprise totale sur les médias. Nous appelons la communauté internationale à faire davantage pression sur la junte pour qu’elle mette fin au verrouillage de l’information instauré depuis le coup d’État de 2021, et qu’elle libère les 68 journalistes et défenseurs de la liberté de la presse détenus dans le pays.

Cédric Alviani
Directeur du Bureau Asie-Pacifique de RSF

Dans sa première version adoptée en 2015, alors que la Birmanie était dirigée par un gouvernement démocratiquement élu, la loi sur la diffusion télévisuelle et radiophonique établissait le Conseil de radiodiffusion en tant qu’autorité indépendante chargée de superviser les médias télévisuels et radiophoniques du pays.
Depuis son coup d’État en 2021, la junte militaire birmane a bouleversé le paysage médiatique du pays en interdisant un grand nombre de médias, dont l’emblématique Democratic Voice of Burma, et en tuant au moins quatre journalistes.
La Birmanie, qui se situe à la 173e place sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2023, est la deuxième plus grande prison de journalistes, après la Chine.

Asie -…

Lire la suite : En Birmanie, la junte militaire prend le contrôle du régulateur de l’audiovisuel pour parachever son emprise sur les médias

Laisser un commentaire

You May Also Like

RSF appelle à la libération de la journaliste chinoise Zhang Zhan, en danger de mort, à l’occasion du premier anniversaire de sa condamnation

Ce mardi 28 décembre marque le premier anniversaire de la condamnation de…

Vietnam : nouvel emprisonnement sous couvert d’“abus des libertés démocratiques”

RSF demande la libération du chroniqueur politique vietnamien Le Minh The, condamné…

RSF appelle le Maroc à ne pas extrader un journaliste ouïgour vers la Chine, où il risque d’être torturé

Le 16 décembre, les Nations Unies ont appelé le gouvernement marocain à suspendre…

La Thaïlande instrumentalise la crise du Covid-19 pour restreindre la liberté d’informer

Cinq ans d’emprisonnement… C’est la peine pour le moins dissuasive que risque désormais tout journaliste ou tout média thaïlandais qui s’aventurerait à publier une information relative au Covid-19 que le gouvernement jugerait “fausse ou pouvant générer la peur au sein du public”