Après 48 ans de présence dans les kiosques thaïlandais, le quotidien The Nation cesse aujourd’hui son édition papier pour continuer uniquement sur Internet.

Le journal, qui continuera son service d’informations en ligne, est la dernière victime de la révolution numérique qui perturbe l’industrie des médias depuis plusieurs années.

Comme la plupart des autres journaux, The Nation est aux prises avec des difficultés financières importantes depuis plusieurs années en raison de la baisse des tirages et des recettes publicitaires.

1 comment
  1. J’ignore s’il y a des titres diffusés en ligne et florissants.The Nation va devenir encore plus difficile à lire.Dans une récente soirée du FCCT la question de la viabilité de deux quotidiens en anglais avait été posée.
    J’avais plaisir à acheter The Nation qui complétait utilement le Bangkok Post.
    Hélas le titre était devenu quasiment impossible à trouver, sauf dans les endroits les plus improbables. Volonté de ne plus être présent et donc acheté et lu?
    Le même problème se pose à Paris où les kiosques disparaissent-et sans doute ailleurs dans le monde.
    Il faut maintenant mériter son journal.

    Se souvenir du titre de ce quotidien de Bologne et sa région, Il resto del Carlino, après avoir acheté son pain quotidien il devait rester assez pour acheter le journal.

Laisser un commentaire

You May Also Like

Six mois après Apple Daily, l’exécutif hongkongais élimine Stand News, un autre symbole de la liberté de la presse

Le média indépendant hongkongais Stand News a annoncé sa fermeture à la…

Coup d’État en Birmanie : “En dix jours, la liberté de la presse a régressé de dix ans” (RSF)

Selon RSF, la Birmanie se retrouve brutalement là où elle se trouvait il y a dix ans, avant que la dissolution de la junte précédente, en février 2011, eût permis l’éclosion d’une presse libre.

Un journaliste de la BBC “porté disparu” en Birmanie

Depuis le coup d’État du 1er février, plus de 30 journalistes ont été arrêtés en Birmanie, selon le groupe de surveillance de l’Association d’assistance aux prisonniers politiques.

La Thaïlande instrumentalise la crise du Covid-19 pour restreindre la liberté d’informer

Cinq ans d’emprisonnement… C’est la peine pour le moins dissuasive que risque désormais tout journaliste ou tout média thaïlandais qui s’aventurerait à publier une information relative au Covid-19 que le gouvernement jugerait “fausse ou pouvant générer la peur au sein du public”