La province chinoise du Henan est en train de mettre en place un système de surveillance doté d’une technologie de balayage du visage permettant de détecter les journalistes et autres “personnes préoccupantes”.

Des documents consultés par BBC News décrivent un système qui classe les journalistes selon un système de “feux de circulation” – vert, orange et rouge.

Les journalistes de la catégorie “rouge” seraient “traités en conséquence”, selon ces documents.

Le Bureau de la sécurité publique du Henan n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Les documents, découverts par la société d’analyse de la surveillance IPVM, décrivent également les plans de surveillance d’autres “personnes préoccupantes”, notamment les étudiants étrangers et les femmes migrantes.

Human Rights Watch affirme : “ce n’est pas un gouvernement qui a besoin de plus de pouvoir pour traquer plus de gens… surtout ceux qui pourraient essayer de lui demander pacifiquement des comptes.”

‘Bibliothèques thématiques’

Les documents, publiés le 29 juillet, font partie d’un processus d’appel d’offres, encourageant les entreprises chinoises à soumissionner pour un contrat de construction du nouveau système, remporté, le 17 septembre, par NeuSoft.

NeuSoft n’a pas répondu à la demande de commentaire de BBC News.

Le système comprend une technologie de reconnaissance faciale reliée à des milliers de caméras dans le Henan, afin d’alerter les autorités lorsqu’une “personne préoccupante” est localisée.

“Ces personnes seraient classées dans des “bibliothèques thématiques”, dans une base de données déjà existante contenant des informations et des images sur les habitants de la province.

Le système serait également relié à la base de données nationale de la Chine.

‘Préoccupation majeure’

L’un des groupes auxquels s’intéresse le Bureau de la sécurité publique du Henan est celui des journalistes, y compris les journalistes étrangers.

“La proposition préliminaire consiste à classer les journalistes clés concernés en trois niveaux”, indiquent les documents.

“Les personnes marquées en rouge sont la préoccupation prioritaire”.

“Le deuxième niveau, marqué en jaune, sont des personnes de préoccupation générale”.

“Le troisième niveau, marqué en vert, concerne les journalistes qui ne sont pas dangereux.”

Et une alerte serait déclenchée dès que les “journalistes préoccupants”, marqués “rouge” – ou “jaune”, s’ils ont déjà fait l’objet de poursuites pénales – réserveraient un billet pour se rendre dans la province.

Une diapositive tirée des documents décrit le fonctionnement du système de surveillance actualisé
Une diapositive tirée des documents décrit le fonctionnement du système de surveillance actualisé

Le système permettrait également d’évaluer les étudiants étrangers et de les répartir en trois catégories de risque – “excellents étudiants étrangers, personnel général, et personnes clés et personnel instable”.

“L’évaluation de la sécurité est effectuée en se concentrant sur la fréquentation quotidienne des étudiants étrangers, les résultats des examens, le fait qu’ils viennent de pays clés et le respect de la discipline scolaire”, indiquent les documents.

Les écoles elles-mêmes devront signaler aux autorités les étudiants présentant des problèmes de sécurité.

Et ceux qui sont considérés comme préoccupants seraient suivis.

Pendant les périodes politiquement sensibles, telles que la réunion annuelle de l’Assemblée nationale populaire, un “mécanisme d’alarme de temps de guerre” serait activé et le suivi des étudiants “préoccupants” serait intensifié, y compris le suivi de leurs téléphones portables.

Les documents soulignent le souhait que le système contienne des informations provenant de :

  • téléphones portables
  • réseaux sociaux – tels que WeChat et Weibo
  • détails du véhicule
  • séjours à l’hôtel
  • billets de voyage
  • propriété immobilière
  • photos (provenant de bases de données existantes)

Elle devrait également se concentrer sur les “femmes en détresse”, c’est-à-dire les femmes migrantes non chinoises qui n’ont pas le droit de vivre en Chine.

Un grand nombre de ces femmes entrent en Chine pour trouver du travail.

Un logiciel de détection des émotions testé sur des musulmans chinois Ouïghours

D’autres ont été victimes de la traite des êtres humains depuis les pays voisins.

Et le système serait “arrimé” au Bureau national de l’immigration, au ministère de la sécurité publique et à la police du Henan, entre autres.

Les documents sont publiés au moment où le gouvernement chinois critique les médias étrangers pour leur couverture des inondations du Henan.

Des voitures se trouvent dans les eaux de crue après les fortes pluies qui ont frappé la ville de Zhengzhou, dans la province centrale du Henan, en Chine, le 21 juillet 2021
La ville de Zhengzhou, dans le Henan, a été dévastée par des inondations, après la chute de l’équivalent d’une année de pluie en trois jours

Conor Healy, directeur gouvernemental de l’IPVM, explique : “l’architecture technique de la surveillance de masse en Chine reste mal comprise… mais la mise en place d’une technologie de surveillance personnalisée pour rationaliser la suppression des journalistes par l’Etat est une nouveauté”.

“Ces documents font la lumière sur ce que les responsables de la sécurité publique en Chine attendent de la surveillance de masse.”

On pense que le système de reconnaissance faciale de la Chine est déjà utilisé dans tout le pays.

L’année dernière, le Washington Post a rapporté que Huawei avait testé un logiciel d’intelligence artificielle capable de reconnaître les personnes appartenant à la minorité ethnique ouïgoure et d’alerter la police.

Sophie Richardson, directrice de Human Rights Watch pour la Chine, affirme : “l’objectif est effrayant, en veillant à ce que chacun sache qu’il peut et va être surveillé – et qu’il ne sait jamais ce qui pourrait déclencher un intérêt hostile.”

Source: BBC News

Laisser un commentaire

You May Also Like

RSF appelle l'ONU à évoquer l'état désastreux de la liberté de la presse lors de sa mission à venir en Chine

Reporter sans frontières (RSF) appelle la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits…

Hausse de 20% du nombre de journalistes en détention arbitraire en 2021 : 488 aujourd’hui, dont 60 femmes

La Chine, qui demeure pour la cinquième année consécutive la plus grande prison du monde, est aussi le pays où sont détenues le plus grand nombre de femmes (19) dont la lauréate du prix RSF 2021 Zhang Zhan, dans un état de santé critique

Chine : un commentateur politique détenu pour “subversion”

Reporters sans frontières (RSF) appelle à la libération de Guo Feixiong, un…

La présence des correspondants étrangers en Chine menacée par le chantage au visa

Le Club des correspondants étrangers de Chine (FCCC) dénonce, dans son rapport…