La présence des correspondants étrangers en Chine menacée par le chantage au visa

Le Club des correspondants étrangers de Chine (FCCC) dénonce, dans son rapport annuel, la politique du régime de chantage au visa des journalistes étrangers qui, associée à un harcèlement systématique, rend la couverture du pays de plus en plus difficile.

Dans son rapport annuel publié le 31 janvier 2022, le Club des correspondants étrangers de Chine (FCCC) dénonce le recours de plus en plus systématique à la pratique du chantage au visa des journalistes étrangers. Le rapport, qui se base sur un sondage auquel ont répondu 127 membres du club, indique que 96% des répondants se sont vu refuser le visa classique de journaliste permanent “J-1” en 2021 et ont reçu à la place des permis de résidence de deux à trois mois seulement. Le rapport dénonce aussi le harcèlement grandissant des correspondants étrangers et de leurs sources par le régime, qui, combiné avec le chantage au visa, rend « l’activité des journalistes restés en Chine de plus en plus difficile ». 

« Les correspondants étrangers sont indispensables pour que le monde comprenne la Chine, l’une des premières puissances économiques mondiales, et la communauté internationale ne peut accepter que les autorités chinoises ne deviennent la seule source d’information sur le pays », insiste le directeur du bureau Asie de l’Est de RSF, Cédric Alviani, qui appelle les gouvernements à « renforcer la pression sur le régime de Pékin pour qu’il mette fin au harcèlement des correspondants étrangers et de leurs sources. »

Lire la suite

Laisser un commentaire

You May Also Like

RSF appelle à la libération de la journaliste chinoise Zhang Zhan, en danger de mort, à l’occasion du premier anniversaire de sa condamnation

Ce mardi 28 décembre marque le premier anniversaire de la condamnation de…

Hong Kong : deux défenseurs de la liberté de la presse condamnés à de nouvelles peines de prison

Le fondateur du quotidien hongkongais Apple Daily et lauréat du prix RSF pour la liberté de la presse 2020, Jimmy Lai a été condamné le 13 décembre à une nouvelle peine de 13 mois de prison pour « incitation à participer à un rassemblement non autorisé ».

Une enquête inédite de RSF : « Le grand bond en arrière du journalisme en Chine »

Deux ans après Le Nouvel ordre mondial des médias selon la Chine,…

RSF appelle le Maroc à ne pas extrader un journaliste ouïgour vers la Chine, où il risque d’être torturé

Le 16 décembre, les Nations Unies ont appelé le gouvernement marocain à suspendre…